QUESTIONS DE GENES
ENFIN
QUESTIONS DE GENES
COMMENT?
LA PREPARATION
PREPARATION BIS
L'INSEMINATION
LE TEST
ET L'ACCOUCHEMENT
 

BIENTOT

garcon ou fille

QUESTION DE GENES

Les réponses à mes questions, se sont nos proches qui y ont répondus.
Pourquoi notre enfant serait il plus malheureux qu'un enfant de parents hétérosexuels.Ne sommes nous pas capables de lui donner de l'amour,de la tendresse.Ne sommes nous pas capables d'éduquer un enfant aussi bien que les autres.
Nous avons une vie tout ce qui est de plus normale, nous travaillons, nous avons une maison à nous avec un grand jardin et surtout beaucoup d'amour à partager...

Alors pourquoi légalement nous n'avons pas le droit d'avoir notre enfant ?
Comment pourrais je répondre à cette question, lorsqu'on sait que nous n'avons même pas le droit à la jouissance des biens au dernier vivant.Si je venais à mourir ma soeur aurait plus de droit sur ma part de biens que mon amie, alors qu'elle n'a jamais rien fait pour nous...
Peut être que notre choix de vie fait de nous des gens immatures?

Malgrés cela, aujourd'hui, avec l'appuit de nos amis, je suis persuadée, que nous seront de bonnes mères.Même si certains moments seront difficiles,même si cela ne sera pas toujours évident de répondre à ces questions.
Et surtout même si nous n'avons pas pensé à tout.
Et oui, nous avons pensé à l'argent, à qui portera l'enfant, au comment, à la chambre...
Mais, ma mère m'a fait poser d'autres questions, sūrement plus pertinentes...
En effet, c'est mon amie qui portera l'enfant, tout simplement par ce qu'elle a 10 ans de moins que moi, et qu'elle en a très envie.
Lorsque je l'ai annoncé à ma mère, celle ci a simplement dit : ce ne sera pas un "Dupont".Elle entendait par cela qu'il n'aura jamais mes gènes. Cela parait annodin, mais le jour où l'enfant sera en pleine crise d'adolescence, ou bien que mon amie me quittera, quels seront mes droits sur l'enfant, où sera ma place...
Toutes ces questions aujourd'hui, me parraissent impensable car notre amour, est, à mes yeux, au dessus de tout cela.
Pourquoi ne devrais-je penser qu'au pire ?
Nous ne sommes pas parfaites, mais nous nous aimons, et je suis sūre que nous ferons tout pour que cet enfant soit heureux.
nous ferons au mieux, comme tous les parents du monde, il y aura des hauts et des bas, mais je reste persuadée, que cela ne sera que du bonheur...

bibou1307
06/11/05